Historique

Historique
C’est l’arrivée des sœurs , sur un emplacement qui n’était qu’un vaste terrain vague. Il y avait deux baraques
  • La  première : servant de chapelle
  • La  seconde pour l’habitation des sœurs
Temps héroïques Les sœurs accueillaient dans les baraques , dans une grande salle , les enfants des officiers et colons : classe européenne(Française, italienne, espagnole…)sans livres .Tout était dicté . Comme les sœurs avaient soigné la fille d’un officier qui avait le typhus et qui avait guéri , son père leur donna une aumône qui les aida à faire face aux urgences par la suite , les sœurs attrapèrent , à leur tour une à une le typhus . Elles étaient , régulièrement , volées dans leurs baraques En 1913 Alors monsieur Racine , riche propriétaire , français , au Maroc leur propose un terrain à 4 Km de la baraque , elles construisirent un mur tout autour .Monsieur Bendahan , qui était juif , leur envoyait 5000francs pour la construction . Près du terrain , monsieur Racine leur loue une villa prévue pour deux familles. Elles se servent de la moitié comme habitation et font de l’autre partie un internat pour les filles de colons du bled , un externat , un dispensaire , une petite école pour les enfants pauvres du voisinage . Pendant la guerre , elles ne payaient aucun loyer . Elles n’avaient pas de chapelle . Le général Lyautey , qui était venu visiter les écoles , vit la sœur menuisier , qui faisait les meubles de la chapelle , il alla voir ce qu’elle faisait , il remit 500 francs aux sœurs . Parmi les colons ,il y avait beaucoup de familles pauvres .Les sœurs créèrent un atelier pour les filles .A peine ouvert , un père amena ses deux petites filles .Sa femme se mourait .Ce fut la fondation de l’orphelinat . En octobre 1913 Il y avait 80 enfants au catéchisme ,96 élèves à l’école : israélites, suisses , français , grecques orthodoxes et même une petite Aicha . Puis un jour un officier amena 2 petits garçons .Sa femme venait de mourir .Les sœurs mettaient les bébés dans des caisses en bois .C’était le début de l’orphelinat, des petits garçons, situé dans une baraque voisine de celle des filles . En 1914 C’était la guerre .Le général Lyautey demanda aux sœurs de s’occuper de l’asile , qui abritait 150 femmes et leurs enfants , épouses de soldats appelés sous les drapeaux . Ce fut temporaire . Mais c’est à partir de cette situation que les sœurs prirent en charge la pouponnière de la société française de bienfaisance ( pour les enfants des femmes qui travaillaient à l’extérieur) Cette fondation pris vraiment acte en 1916 , toujours pour enfants européens . Elle recueillit aussi les enfants dont les mères étaient mortes jusqu’à ce qu’ils puissent regagner les deux orphelinats de filles ou de garçons . Cette maison ferma ses portes en 1969. Le général Lyautey demanda aussi aux sœurs , de prendre en charge l’hôpital civil de Casablanca , en 1916 .Elles restèrent dans ces préfabriqués jusqu’ en 1928 (soins des malades , magasins et lingerie …) .En 1928 , l’hôpital a été transféré dans des locaux plus spacieux  . 1925 – 1945 Progressivement les sœurs mettaient sur pied l’orphelinat.
  • Bébés à la pouponnière
  • Orphelinat des filles jusqu’au mariage
  • Orphelinat des garçons jusqu’à 8 ans
( Des enfants européens et chrétiens ….) Ils comprenaient
  • Internat, Ecole primaire jusqu’au CEP , avec la création d’une école enfantine , internes et externes , ils recevaient une bonne formation de base : chrétienne, culture générale, formation aux arts , à la beauté , à la musique , au chant ( la chorale) et au théâtre .
Le pensionnat était très chrétien. Les enfants tous européens faisaient les classes enfantines pour garçons et filles .Les garçons partaient chez les Pères à 8 ans .Après le CEP les grandes continuaient des études de formation dans des ateliers de broderie et de couture .Il y avait environ 30 sœurs pour l’encadrement . Les ouvrages étaient vendus pour subvenir aux besoins des orphelines gâtées , pour compenser le manque de famille . Les bâtiments de l’orphelinat des filles ont été construits avant 1921 et jusqu’ en 1930. L’autorisation d’ouvrir des écoles  de l’orphelinat Saint Vincent  ( et Saint Louis ) a été donnée par le Ministère de l’enseignement au Bulletin officiel 466 page 1501 du 27 septembre 1921. En 1932 on construisit la grande chapelle et le premier étage de la communauté .. En 1941 , sœur Jeanne remplace Mère Solange , ayant les diplômes requis , elle obtient l’autorisation officielle pour le mois d’octobre 1943 ( enregistrée n° 3756 du 15 mai 1943). En 1941 On construisit le bâtiment , qui abritait actuellement les classes maternelles , c’étaient des réfectoires et au – dessus (Epiphanie ) les dortoirs des filles . En 1942 C’était le débarquement américain , les sœurs ont dû faire travailler des prisonniers allemands et italiens en 1945 – 1947. En 1956 On construisit le foyer Saint Jean .Il ouvrit en 1958 pour les étudiantes européennes qui habitèrent le bled .Il y avait des cours ménagers et des cours de secrétariat .Le foyer fonctionnera jusqu’en 1968 .N’ayant plus de raison d’être , il sera vendu (clinique Ghoti actuelle) En 1958 L’orphelinat se transforme en école primaire et atelier .C’est le début de la marocanisation . Après , ce sera l’aménagement des bâtiments du jardin d’enfants et de l’Epiphanie En 1974 Sœur Jeanne Ménard sera remplacée par sœur Marguerite Marie Belloir En 1985 Et pour la première fois, un marocain musulman, remplace une religieuse catholique Sœur Marguerite- Marie Belloir  à la direction de l’école et depuis ce temps l’école a commencé  à vivre de grands changements  chaque année.  De nos jours,  l’école, composée de 21 classes, est devenue plus  vaste, on y a ajouté de nouveaux locaux (cantine, salle des enseignants, 3 terrains de sport, une grande BCD, une marmothèque, une salle d’informatique , une sale de projection, un laboratoire pour les sciences , infirmerie ) A l’école, il y a  le cycle « maternelle » qui contient 230 enfants  et le cycle primaire avec 425 enfants et à leur service une équipe pédagogique compétente qui  se compose de 30 enseignant(e)s